Le colporteur
Le Colporteur.jpg

Le colportage est une vieille activité, pratiquée dans toute l’Europe, qui n’acquière le statut de métier qu’à partir du XVIIIe siècle. Cela tombe bien, puisque nous sommes en 1761 !

 

Fini d’être appelé le porte-balle, fripier ou autre mercelot !

Cela me pesait… Bon, me voilà arrivé, comme chaque fin d’été, après avoir traversé bourgs et villages, au château de Médavy.

 

Point de pots, casseroles ou autres tissus, dans mon attirail. Tout a été vendu... ou presque.

Pendant ce long périple, j’ai gardé précieusement et à l’abri des regards intéressés, au fond de ma caisse de bois quelques bons livres et écrits de notre grande ville de Paris. Je n’oublie pas ces quelques plantes et épices, que je ramène à ma très chère amie Hélène de la Sansonnière, herboriste de son état.

Elle en fera bon usage.

Bon, j’ai toujours dans ma poche de veste, ma précieuse autorisation de vendre, patente de colporteur qu’ils disent en haut lieu. Elle est signée du lieutenant Descouart, officier au Châtelet.

 

Mais attention quand même, depuis 1757, un édit punit de la peine de mort toute diffusion clandestine de livres n’ayant reçu aucun privilège ou frappés d’interdits.

Venez me voir

Votre dévoué,

Désiré l’Amourette